Maison du Bien-Etre

73, Grande rue

78240 Chambourcy

www.maisondubienetre-chambourcy.fr

© 2018 par Cécile Parrenin - Créé avec Wix.com

L’intérêt de proposer de la Sophrologie dans les

classes de manière régulière

 

Les enfants ont un cerveau immature jusqu’à l’âge de 6 ans et à partir

de cet âge le néocortex préfrontal gagne en maturité progressivement

jusqu’à l’âge de 25 ans en moyenne.

Les enfants ne sont donc pas en capacité de maîtriser et gérer leurs émotions comme le ferait un adulte. Ils vivent intensément tout ce qui leur arrive car il leur est impossible d’analyser et par conséquent de relativiser.

 

De plus, le stress devient le maître mot de notre société et les enfants ne sont pas épargnés : 

 

Ils entendent, ressentent et voient leurs parents qui évoquent ce stress récurrent et quotidien, les enfants sont des « éponges »et ont tendance à absorber les émotions qu’ils perçoivent sur leur entourage proche.

 

Ces émotions, si nous ne leur donnons pas la possibilité de s’en libérer, vont se transformer en ressentiment ce qui pourra générer des comportements dits « inappropriés ».

 

A l’école et en classe les enfants ne sont pas épargnés par le stress, ils doivent rester assis des heures entières et assimiler les apprentissages, sagement sans bouger.

Un enfant a besoin de bouger et d’être en mouvement, certains d’entre eux pourraient même réussir à mieux se concentrer si on leur permettait d’évoluer librement dans la classe au moment de prendre la parole ou de réaliser un travail.

D’ailleurs, certaines écoles françaises l’expérimentent en proposant aux enfants de pédaler sur un vélo tout en travaillant ou de s’asseoir sur de gros ballons de Pilates plutôt de que rester assis sur une chaise et face à un bureau.

Par ailleurs, les évaluations nombreuses et le système des notes génèrent aussi une certaine pression sur les enfants et il n’est pas rare d’observer que beaucoup d’entre eux, et dès le plus jeune âge, se mettent une pression démesurée pour réussir et être dans les premiers.

 

 

 

 

Les apports et bienfaits de la sophrologie au quotidien dans une classe :

 

  • Évacuer les émotions désagréables,

  • Renforcer la construction du schéma corporel et le rapport à l’espace,

  • Renforcer la capacité de concentration et de mémorisation,

  • Développer la confiance en soi et l’estime de soi,

  • Apprendre à gérer les priorités et à s’organiser,

  • Exprimer les ressentis émotionnels par la respiration et par le corps (et par la parole et/ou le dessin en fin de séance),

  • Créer une harmonie au sein de la classe : gommer le jugement et permettre à chacun de s’accepter et accepter autrui pour ce qu’il/elle est,

  • Libérer la peur et l’anxiété,

  • Retrouver un sommeil réparateur,

  • Se libérer des phobies et des peurs.

 

 

Pour les enfants « DYS » et/ou souffrant de troubles de l’attention et/ou de l’hyperactivité :

 

Ces enfants sont sans cesse en train de tenter de s’adapter à leur entourage et leur environnement, et encore plus à l’école, car ils ont conscience très rapidement du regard de l’autre sur leurs difficultés et leur « différence ».

 

La sophrologie leur permet de développer leur perception d’eux-mêmes et d’apprendre à gérer leur anxiété, leur stress et leurs peurs.

Elle les aide non seulement à retrouver confiance en eux et à s’accepter avec leurs propres difficultés mais aussi à développer leur capacité de concentration pour favoriser l’assimilation des apprentissages.

 

Pour les plus actifs, la sophrologie leur apprend qu’il est possible de faireet de se voir faireautrement, plus tranquillement, tout en observant et en se concentrant sur les ressentis dans le corps et en se focalisant sur les 5 sens par exemple.

 

Passer par le corps est une véritable porte d’entrée pour leur permettre de lâcher le mental, les idées en boucle ou les idées noires tout comme les difficultés, et de pouvoir ainsi se vivre positivement plutôt que dans la dévalorisation de soi ou dans l’échec : 

« Quand je suis dans mon corps, j’écoute et je ressens ce qu’il me dit (les sensations, ce qui est agréable ou ce qui l’est moins, la température, le poids de mon corps, son odeur…) et j’apprends à me libérer de toutes les pensées parasites et de tout ce qui me dérange et me perturbe et à me concentrer sur ce que je ressens et vis en ce moment même. »

 

 

A quel moment de la journée proposer de la sophrologie dans une classe ?

 

Quel que soit le moment les bénéfices et les bienfaits seront présents pour les enfants.

Cependant, débuter une matinée ou un après-midi de travail après quelques minutes de sophrologie permettrait aux élèves de se décharger de tout ce qu’ils ont vécu durant les heures ou les minutes précédentes et de pouvoir ainsi se trouver en capacité optimale de concentration pour ce qui les attend.

Quelques minutes de sophrologie sont équivalentes à une bonne heure de sieste ! Il serait de dommage de s’en priver et d’en priver nos enfants.

 

Quelques exemples d’exercices concrets à proposer aux élèves en classe

 

Exercice de libération des tensions et des émotions désagréables 

 

TAPER DES MAINS ET DES PIEDS EN ALTERNANCE AVEC LA RESPIRATION BALLON

 

En position debout, taper des mains et des pieds le plus fort possible pour chasser et évacuer tout ce qui est désagréable et inconfortable (tensions du corps, tracas, émotions, stress…). Lorsque l’on s’arrête, rester un moment à se concentrer sur ce qui est ressenti : chaud, cœur qui bat plus vite, essoufflement… 

  • Cet exercice a aussi l’avantage d’amener de la joie et du rire en prime.

  • Il peut également permettre une meilleure cohésion dans la classe.

 

Puis, en position debout toujours, ouvrir les bras sur les côtés en inspirant par le nez et en laissant le ventre se gonfler comme un ballon – Refermer les bras devant le ventre qui se dégonfle comme un ballon et en expirant doucement par la bouche.

  • Cet exercice a pour but de prendre contact avec sa respiration et de pouvoir ressentir ce qu’elle apporte dans le corps et à l’esprit (calme, détente…)

 

Répéter les exercices 1 et 2 trois fois de suite en alternance pour une bonne intégration.

 

Exercice de respiration et d’ancrage du positif en soi

 

LA BULLE DE PROTECTION 

 

  • En position assise ou debout, inspirer par la bouche en levant les bras à la verticale (comme pour toucher le plafond),

 

  • Puis redescendre lentement les bras de chaque côté en soufflant par la bouche tout doucement (comme pour souffler dans une paille) et en imaginant la première couche de sa bulle de protection (couleur, taille…) qui vient entourer le corps depuis le dessus de la tête jusqu’aux pieds,

 

A refaire 3 fois, chaque couche de bulle de protection peut avoir une couleur différente ou la même, peu importe, chacun est libre de sa représentation.

 

  • Se voir entouré.e de sa bulle de protection, elle englobe tout le corps,

 

  • Laisser venir à l’intérieur de sa bulle et à ses côtés tout ce que l’on aime (personnes, paysages, souvenirs, odeurs, objets, animaux, chansons…). La bulle peut s’agrandir si besoin pour laisser pénétrer tout ce dont on a besoin à l’intérieur,

 

  • S’imaginer en train de marcher, courir, sautiller… dans sa bulle, elle suit et s’adapte à chacun des mouvements,

 

  • Imaginer une situation très légèrement stressanteet observer que cette situation ne parvient pas à rentrer dans la bulle de protection : elle rebondit et repart de là d’où elle vient tandis qu’à l’intérieur de la bulle il est possible de se sentir en confiance, au calme et en sécurité, accompagné.e de tout ce que l’on aime.

 

Exercice de visualisation positive

 

LE LIEU MAGIQUE 

 

  • En position assise avec la tête qui repose sur les bras sur la table ou assis droit sur la chaise, les yeux se ferment ou restent ouverts. J’inspire par le nez et je souffle fort par la bouche environ 3 fois pour évacuer les tensions.

 

  • Puis la respiration naturelle et libre s’installe au rythme de l’inspire et de l’expire, tout le corps est bercé par la respiration… La tête est tranquillement déposée et tout le corps se relâche de plus en plus à chaque respiration et je me concentre sur les points d’appui du corps qui reposent sur la chaise.

 

  • Je m’imagine dans un endroit magnifique (connu ou imaginaire) et dans lequel je me sens au calme,en sécurité et en confiance, je me vois allongé.e sur le sol dans cet endroit magnifique.

 

  • Je peux sentir la tête, les épaules, les bras, le dos et les jambes en contact avec le sol sur lequel je repose… et aussi sentir et vivre l’atmosphère de cet endroit : est-ce qu’il fait sec ou humide, chaud ou froid, le sol est-il mou ou dur ?

 

  • Je peux observer tout ce qui m’entoure : les formes, les couleurs, les animaux s’il y en a, les objets.

  • Je me mets à l'écoute des sons ou des bruits qui sont là peut-être... Je laisser venir des odeurs et des parfums, connus ou inconnus, jusqu’aux narines... Je remplis tout mon corps de ce que je ressens et vis en ce moment même…

 

  • Je viens ancrer tous ces instants précieux et ce lieu magique dans tout mon corps grâce à la respiration : j’inspire par le nez en pensant à cet endroit merveilleux – j’expire tout doucement par la bouche comme pour venir diffuser tout cela dans tout mon corps (plusieurs fois et pendant quelques instants à mon propre rythme).

 

  • Je ramène avec moi tous les moments forts de la séance et je sais que dès maintenant je peux retourner dans cet endroit magique à chaque fois que j’ai besoin de retrouver du calme, de la confiance et de la sécurité.